On admet que les premières pierres du Château de Villevoisin furent posées en 1370. Puis des transformations et des extensions furent apportées au XIXe siècle. Tout d’abord propriété de Jean Duboisguéheneuc, qui l’avait acquis, ainsi que les terres de Gerguy et de La Boissardie, par son mariage avec Guilleminette Voisin, le château passa ensuite entre les mains des familles du Boisbaudry, puis de Foucault.

On trouve, dans une « réformation » des biens du diocèse de Saint Malo, l’appellation « Ville Veysin ». Une petite chapelle du XVIIe siècle, dédiée à Saint Malo, est bâtie dans le hameau du Plessis, à quelques centaines de mètres du château.

Louis-Théophile Rosenzweig, en 1870, dans son dictionnaire topographique du Morbihan, mentionne le manoir et la seigneurie de Villevoisin

arcades de style italien à Ville VoisinCe château est composé d’un bâtiment de style classique, flanqué d’une tour rectangulaire à toit « en pavillon ».

Il porte un blason en pierre aux armes de la famille du Boisbaudry (« d’or à deux fasces de sable, la première chargée de 3, la seconde de 2 besants d’argent »). On retrouve ce blason à l’intérieur, sur la belle cheminée de la salle à manger.

L’aile ouest est la plus ancienne. Les belles arcades, de style italien, qui relient le château aux dépendances, datent du début de XXe siècle. Elles furent placées pour relier visuellement les communs au bâtiment principal.

Il semble qu’une très ancienne carrière de quartz ait été exploitée, aux abords immédiats du château. C’est sans doute ce qui explique la construction de celui-ci et sa richesse.

Le petit moulin à eau construit au fil d’un ruisseau, au sud du château, a été démonté, mais le cours d’eau continue de chanter, entre la « Lande Voisin » et la « Lande du Rouffier ».

La ferme de Villevoisin, une dépendance du château, a conservé son joli puits ancien et son four à pain, vieux de deux siècles, couvert de terre et de « palis » de schiste ; il permettait de cuire le pain fait avec la farine provenant du petit moulin évoqué plus haut, pour les fermiers comme pour les occupants du château.

Le château possède un autre puits, dont la margelle est enterrée devant la façade principale.

Les drainages de pierre assuraient encore en 2010 leur fonction, puis il a fallu les remplacer pour installer de nouvelles canalisations et une piscine.

1848 carte de Ville VoisinUn petit étang circulaire, au nord du château, servait autrefois de « lavoir », où les joyeuses commères de Villevoisin faisaient la lessive en échangeant les dernières nouvelles.